trinitaires
picto-trinitaires
Ecotone (eRikm + Martin Brandlmayr) + Will Guthrie solo + Strotter Inst.

expérimental
eRikm et Martin Brandlmayr sont deux musiciens actifs depuis plus de vingt ans sur la scène improvisée expérimentale, et ils ont tous les deux des approches très personnelles de leur instrument: la batterie agrémentée d'électronique pour Brandlmayr et un détournement électronique à base de platines Cd et de kaos-pad pour eRikm. Une attitude concrète face au matériau enregistré et une disparition du geste au profit d'une aventure purement électroacoustique.


Le batteur et percussionniste australien Will Guthrie revient à Metz avec un solo époustouflant, fruit d'années de recherches techniques et sonores, subtile alliance entre flots de puissance et poésie percussive. Écouter et surtout voir Will Guthrie jouer en solo est une expérience proche de l'étourdissement, de la catharsis, presque un moment de vérité, en tous les cas une révélation. Il travaille dans différents styles et domaines musicaux : musique improvisée, expérimentale, jazz, rock, composition et électro-acoustique. Il joue également dans de nombreuses formations (The Ames Room, duo avec David Maranha, trio avec Jean Luc Guionnet et Jérôme Noetinger). Il s'occupe également d'un label de musique expérimentale: Antboy Music. Il habite et travaille à Nantes où il fait partie de l'association Cable# qui organise des concerts et un festival chaque année.

 
Strotter Inst. est le projet solo de Christoph Hess (Herpes Ö DeLuxe). Depuis plus de 10 ans, cet artiste, musicien-performeur et architecte utilise des platines vinyles, boucles et cassettes pour créer une musique hypnotique. Il crée des instruments à partir de détournement de platines lenco et de vinyle coupé ou scotché dans l'esprit de Martin Tétrault ou bien encore Christian Marclay.
Produisant une musique faite de structures phoniques et rythmiques denses au moyen de platines préparées, modifiées et des disques découpés, collés, il intègre pleinement les déchets sonores et les accidents comme éléments musicaux à part entière. Des multiples anfractuosités de son dispositif, le son s'échappe en grondements low-fi, clics et craquements concrets, dont les répétitions restituent parfois des couches de rythmes hypnotiques et bancals pour mener à une transe fragile qui doit son intensité à une musique dont le déploiement se fait dans l'instant et reste tributaire de l'incertitude inhérente au comportement imprévisible des machines et de leurs interactions.

 
MERCREDI 16 DECEMBRE 2015, 20H30

Tarifs
Tarif F : 5/8/10€

Coréalisation Fragment

  Haut